Projets

Projets

Collaboration avec les écoles

La CISA est heureux de collaborer avec des écoles, centre socioculturels et maisons de quartier qui comportent en leur sein des élèves et des jeunes venant d’origines diverses et qui sont soucieux, entre autres objectifs, de favoriser le vivre ensemble. Articulée autour de projets pédagogiques pertinents et durables, cette collaboration vise à informer, sensibiliser et éduquer les élèves à la culture de la paix, du dialogue, de la tolérance et de l’acceptation de l’autre. Les enfants et les jeunes, n’ayant pas tous les mêmes parcours ni les mêmes moyens scolaires, matériels et autres, il est important de les rendre attentifs à la situation que vivent des enfants et des jeunes issus d’autres régions du monde. L’objectif de cette collaboration avec les écoles et les autres structures d’encadrement de jeunes est de promouvoir l’ouverture au reste du monde, le respect des différences, quelles qu’elles soient, et le dialogue multiculturel. En effet, dans la plupart des cas, la non acceptation de l’autre et des différences vient de l’ignorance, du manque d’informations et de sensibilisation sur les injustices, les inégalités et de leurs conséquences négatives sur la cohabitation pacifique entre les peuples. Les jeunes, représentant l’avenir, surtout pour un continent comme l’Afrique, il est essentiel que des actions soient menées, de concert avec les enseignants et les éducateurs, afin de mettre à leur disposition des programmes d’encouragement à adopter des comportements plus responsables et plus solidaires. Parmi ces actions, faire des présentations sur les pays d’origine des élèves d’origine africaine, notamment sur l’histoire, la géographie, la situation de l’éducation, de la santé, de la faim, des droits de l’homme dans ces pays, peut être bénéfique sur long terme. La CISA est disposé à inclure dans ses événements des expositions de photos, des animations ludiques, des contes ainsi que des récits sur la situation des enfants dans chacun des 54 pays qui composent le continent africain tout en collaboration avec les associations Lema Plan International et Cleo Plan International.

La NAF (NeuchAfro Festival)

« NeuchAfro Festival » est la suite logique de plusieurs soirées culturelles organisées par les fondateurs de la CISA depuis plusieurs années et qui ont rencontré un succès grandissant. Le concept de ce festival est de faire se fusionner différentes formes d’expressions à la fois musicales, culturelles, artistiques et éducatives, de les décloisonner et de faire en sorte qu’elles se rencontrent dans un esprit d’ouverture. Né à Neuchâtel de la volonté de l’association CISA de mettre sur pied un projet mêlant plusieurs cultures, le festival tentera de toucher et intéresser toutes les personnes résidant en Suisse et dans le monde. Pourquoi ? Car même s’il a pour cadre la ville de Lausanne, il s’agira de lui donner une dimension nationale dans un premier temps et internationale à moyen et long terme.

La NAF Sport (NeuchAfro Festival Sport)

Sensible aux grandes causes humanitaires, la CISA est également un ardent défenseur des valeurs sportives. Notre Association compte combiner ces deux intérêts en organisant annuellement un tournoi de foot pour rassembler et rapprocher les communautés africaines, étrangères et suisses du canton de Neuchâtel et d’ailleurs. Par cette initiative associant sport et engagement en faveur de l’intégration et de la cohabitation entre les peuples, les participants sensibilisent les citoyens sur les activités du CISA ainsi que sur le vivre ensemble, tout en leur offrant la possibilité de participer à ce tournoi de manière concrète.

Met juste une image de footbal la bas ou soit un ballon meme

Santé et migration

Depuis 2015, les fondateurs du CISA apportent conseils et soutien aux associations d’étrangers du canton de Neuchâtel en les sensibilisant sur la mise en place d’un programme de diffusion des principes et des normes de santé de base. L’objectif de ce projet est de sensibiliser et de former les cadres et les volontaires des communautés étrangères, africaines en particulier, de Neuchâtel aux normes sanitaires. Ils pourront alors, à leur tour, aborder avec leurs communautés les thématiques liées au domaine de la santé. La population migrante résidant en Suisse est par définition très hétérogène, dans la mesure où sa composante majoritaire appartient à des catégories socioprofessionnelles plutôt inférieures (niveau d’éducation et de revenus faible). Par voie de conséquence, cette population, dont de nombreux Africains, est confrontée à des problèmes de chômage, de pauvreté et donc de santé.

Femmes africaines et entrepreneuriat 

Les femmes étrangères et africaines notamment vivant en Suisse, sont souvent victimes de beaucoup de souffrances de toutes sortes liées à leur statut, non seulement de femmes, mais aussi d’analphabètes. Un des défis majeurs de la CISA est de contribuer à l’égalité des hommes et des femmes dans tous les domaines, qu’ils soient politique, économique, ou social. L’atteinte de cet objectif est primordial en matière de respects des droits humains, car il permettra aussi d’asseoir des conditions idéales pour un développement durable. A travers ce projet, la CISA  analyse les rôles et clichés relatifs à chaque sexe dans le but d’intégrer l’égalité des genres dans les politiques publiques comme dans les initiatives des acteurs de la société civile. Cette égalité figure dans la charte des Nations-Unies, mais aussi dans des conventions internationales, les traités européens et la plupart des conventions nationales. A relever que les femmes africaines en Suisse représentent environ 45 % de la population totale africaine en Suisse qui , constitue elle-même environ 3% de la population totale étrangère, selon des statistiques de l’OFS publiées en 2009. En Afrique, la situation des femmes n’est guère reluisante, comme l’ont démontré de nombreuses études menées par la Banque Mondiale. Le premier panel de haut niveau de l’union africaine qui a eu lieu à Abidjan au mois d’octobre 2013 avec la participation du premier ministre ivoirien Daniel Kablan Duncan et la ministre de la solidarité, de la famille et de l`enfant Anne Ouloto, et d’autres représentants de délégations africaines, a abondé dans le même sens. L’égalité de genre en Afrique ne sera pas atteinte en 2015, date butoir de l’atteinte des Objectifs du millénaire (OMD).  Pour apporter sa modeste contribution à l’échelle mauritanienne, la CISA, en collaboration avec plusieurs ONG féminines, compte mettre sur pied des ateliers d’autonomisation financière des femmes africaines.

Jeunesse africaine et développement (15-24 ans)

Les jeunes sont des partenaires incontournables au développement de l’Afrique, car 45 % des Africains ont moins de 15 ans, contre 21% de la population dans l’OCDE, et 30% dans le monde. L’objectif de ce projet est d’aller à la rencontre des jeunes africains de Suisse et d’ailleurs, afin de contribuer à leur autonomisation en leur permettant de développer leurs compétences et qualités propres. Par son approche Jeunes, la CISA cherche à collaborer avec des partenaires dédiés à la jeunesse. Ce partenariat aura comme but de permettre aux jeunes Africains de conduire le changement dans leurs pays et leurs communautés. 

La CISA est préoccupé, entre autres, par l’avenir des enfants d’Afrique de l’Ouest privés de droit à la famille, à l’éducation, à la santé et au bien-être.

Les Droits de l’homme au service du développement de l’Afrique

Durant les prochaines années, la CISA compte renforcer sa présence sur le terrain africain pour se rapprocher et se faire le porte-parole et défenseur des personnes victimes de violations de droits de l’homme. Les présences de la CISA sur le terrain, au cœur des opérations, sont importantes, surtout à travers la promotion et la protection des droits de l’homme dans chaque pays où cela sera nécessaire ; et le renforcement des institutions nationales et la société civile. Ces présences sur le terrain contribueront de plusieurs manières à transformer les droits de l’homme en réalité ; elles ne se contenteront pas de surveiller la situation des droits de l’homme dans les pays où ceux-ci sont violés, elles aideront aussi à renforcer les capacités des États membres et des autres institutions et associations de défense des droits de l’homme. Sur le terrain, la CISA, en collaboration avec les gouvernements, les appareils législatifs, les tribunaux, les institutions nationales, la société civile, les organisations régionales et internationales et le système des Nations Unies, veillera à :

  • Accorder la priorité aux violations les plus urgentes des droits de l’homme, aiguës et chroniques, en particulier celles qui constituent un péril immédiat pour la vie
  • Se concentrer sur les personnes en péril et vulnérables sur plusieurs fronts
  • Accorder la même attention à tous les droits : civils, culturels, économiques, politiques et sociaux, y compris le droit au développement
  • Mesurer l’impact de son œuvre en évaluant les avantages fondamentaux que les individus africains ont accumulés, grâce à son action
  • Promouvoir le respect effectif des droits de l’homme et aider les états membres de l’UA à mettre en œuvre les normes internationales en la matière 
  • Promouvoir l’éducation et la sensibilisation aux droits de l’homme dans les états membres de l’UA
  • Identifier d’éventuelles insuffisances dans le droit et la pratique en matière de droits de l’homme
  • Apporter conseils et informations concernant la protection des droits de l’homme dans toute l’Afrique

Si vous êtes intéressé au développement de l’Afrique et que vous êtes:

  • Un État africain
  • Un État non-africain
  • Une association africaine
  • Une association non africaine
  • Une commune ou canton Neuchâtelois ou autre
  • Une organisation pour la culture, l’éducation et la recherche, l’égalité des genres, la jeunesse, la santé, les droits de l’homme, le développement durable, autres
  • Une organisation non-gouvernementale 
  • Une personne physique 
  • Une organisation du secteur privé  

Nous avons besoin de vous ! Impliquez-vous ! 

Contactez-nous : info@cisa-suisse.ch